Vous avez envie de …

Grâce au réseau sol­idaire de com­merçants « Le Car­il­lon », on peut béné­fici­er de petits ser­vices comme un verre d’eau, recharg­er son télé­phone, autant de pré­textes à recréer du lien.

Pourquoi on aime ?

Vous pou­vez rejoin­dre une form’action près de chez vous ! Co-ani­més par des per­son­nes sans domi­cile ou ayant con­nu la rue, ces ate­liers gra­tu­its vous per­me­t­tent d’obtenir des con­seils con­crets pour agir !


Com­mu­nauté de citoyens engagés qui se mobilisent pour favoris­er la mobil­ité des aînés et lut­ter con­tre l’isolement : un ser­vice gra­tu­it pour les aînés et une occa­sion pour cha­cun de recréer du lien en étant utile.

Pourquoi on aime ?

Ce ser­vice per­met aux aînés d’oser sor­tir de leur domi­cile tout en recréant du lien social.


Vous pou­vez par­ticiper aux événe­ments de con­vivi­al­ité organ­isés à Paris et dans les Hauts-de-Seine, et agir grâce aux com­mu­nautés d’entraide en téléchargeant l’application mobile.

Pourquoi on aime ?

Entourage a créé Linked­Out : faites don de votre vis­i­bil­ité en partageant vos réseaux pro­fes­sion­nels avec ceux qui en ont le plus besoin !


Lancé pen­dant le con­fine­ment, le pro­gramme ré_action de make­sense vous per­met de rejoin­dre une équipe de 15 bénév­oles pen­dant deux semaines et de réalis­er des actions sol­idaires con­crètes, pour soutenir et créer du lien avec ceux qui en ont le plus besoin : les per­son­nes âgées isolées, les pri­mo-arrivants et les agriculteurs.

Pourquoi on aime ?

Le pro­gramme ré_action est court, ludique et flex­i­ble, c’est une bonne façon de com­mencer à s’engager, pour celles et ceux qui veu­lent pass­er à l’action mais ne savent pas par où commencer.


Lieu de la Ville de Paris, la Fab­rique de la Sol­i­dar­ité est la porte d’entrée à tous ceux qui veu­lent agir pour et avec les per­son­nes sans-abris. Mobilisez-vous tout en étant for­mé et accompagné !

Pourquoi on aime ?

Avec la Fab­rique cha­cun peut trou­ver sa manière d’agir : des for­ma­tions, des mis­sions de bénévolat, un espace de co-work­ing et de convivialité…


Mamie-Boom, c’est un réseau d’é­tu­di­ants de con­fi­ance, les « Gen­tils Accom­pa­g­na­teurs », pour accom­pa­g­n­er les per­son­nes âgées, les « Super-Boomeurs », dans leurs sor­ties et loisirs du quo­ti­di­en. Chaque semaine, les vis­ites per­me­t­tent de rompre la soli­tude des Super-Boomeurs et de ras­sur­er leurs proches.

Pourquoi on aime ?

Les mis­es en rela­tion se font en fonc­tion de cen­tres d’in­térêts com­muns pour favoris­er l’échange et la trans­mis­sion intergénéra­tionnels. Les 2 généra­tions s’ap­por­tent mutuelle­ment car nos aînés trans­met­tent leur savoir et leur expéri­ence. En plus d’être rémunérés, les jeunes vivent une expéri­ence enrichissante auprès de leur papi ou mamie de cœur.


Allo Louis con­necte seniors et étu­di­ants d’un même quarti­er pour des coups de main rémunérés à domi­cile. Il s’agit par exem­ple d’aide infor­ma­tique, de livrai­son de cours­es, chang­er quelques ampoules ou encore se faire accom­pa­g­n­er chez le médecin. Des coups de main qui ne néces­si­tent pas d’expertise par­ti­c­ulières mais sont pour­tant peu traités et con­tribuent à dégrad­er la qual­ité de vie au domi­cile de nos ainés. Une fois inscrit.e, des mis­sions proches de chez vous vous sont pro­posées. C’est vous qui décidez si vous les validez ou non. Elles sont rémunérées 10€/h.

Pourquoi on aime ?

Allo Louis aide à amélior­er la qual­ité de vie des seniors à domi­cile en les met­tant en con­tact avec des étu­di­ants qui vien­nent leur apporter de l’aide et con­tribuent à main­tenir le lien social.


QUELQUES TEMOIGNAGES !

« La per­son­ne, ce n’est pas d’une pièce vrai­ment dont elle a besoin, elle a besoin de récon­fort, de nou­veau croire en elle, en ses capac­ités. » (extrait n°1, ate­lier avec des per­son­nes sans domi­cile ou anci­en­nement sans domicile)

Mesure d’impact de l’association La Cloche

« J’ai repris con­fi­ance pour marcher et sor­tir en com­pag­nie d’Isabelle. »
Depuis, Marie-Noëlle, 60 ans, réap­prend à écrire avec Isabelle pour ses petits-enfants, ce qu’elle ne fai­sait plus depuis plusieurs années.

Mesure d’impact de l’association Les amis d’Hubert

« C’est l’échelle des rela­tions humaines, au niveau de la cage d’escalier ou du quarti­er, qui compte d’abord pour la résilience sociale »

Sébastien MAIRE, Paris resilient

« J’ai pris l’habitude de dire bon­jour à presque chaque per­son­ne sans abris que je croise alors qu’avant je pen­sais que cela m’engageait à les aider finan­cière­ment ou matérielle­ment. Aujourd’hui je ne vois plus les choses comme ça et prends plus le temps de dis­cuter que de jeter une pièce à ces personnes. »

Mesure d’impact de l’association Entourage
Retour haut de page